mercredi 29 août 2007

de l'intensité à mettre suivant les séances et suivant les périodes

quelquefois, on peut lire il faut faire la séance de vma courte entre 100 et 105% de vma.
désolé si pour certains cela ressemble à des gros mots, donc clarifions encore une fois ces termes barbares.
la vma c'est la vitesse maximale aérobie qui est mesurée de plusieurs façons en laboratoire ou sur le terrain. (par exemple vameval sur le terrain). Une fois mesurée, exprimée en kilomètre/heure ou en mètre/seconde, la vma sert de base pour les calculs d'intensité des séances.
Prenons un exemple simple pour les calculs, soit une vma de 20km/h qui n'est pas celle du jogger moyen. Mais 20km/h c'est tout rond cela donne 3 minutes au kilo ou 180 secondes au kilo ou 18 secondes au 100m.
Si le coureur fait un 200m à 100% de vma cela fait 36".
s'il fait 200m à 105% de vma cela fait 36"/1,05 = 34,28".
Si vous êtes géné par ces chronos parce que vous n'avez jamais osé imaginer de telles vitesses à l'entrainement je vous fais un autre exemple: cela devient pour un coureur à 16km/h de vma, 3'45 au kilo soit 225", ses 200m à 100% 45" à 105% 42,85"

C'était juste une introduction pour illustrer les chronos. Un gars à 20km/h de vma s'il fait 20 fois 200m en 34,3" avec 30" de récup sera très fatigué, un gars à 16km/h de vma qui fera 20 fois 200m en 43" avec 30" de récup sera quasiment épuisé, c'est là qu'on voit des séances à 105% ne sont pas du tout les mêmes pour des vma différentes si on garde les mêmes fractions; si on modifie l'intensité et qu'on redescend à 100%, on aura des séances du genre
15x200 36" r30" + 5 x100 18" r20" pour l'un et
17x150 33,5" r30" pour l'autre
qui seront ressenties "faciles", d'ailleurs j'aime bien car c'est bon pour le moral.

Un autre élément qu'il faut tenir compte c'est la période dans laquelle se trouve l'athlète.
S'il est en période de préparation générale, autrement dit, il n'a pas d'objectif ciblé à court terme, alors dans une semaine type, il n'aura pas de séance à allure spécifique 10km, semi ou marathon, il n'aura pas à mobiliser de l'énergie et de la motivation à bien faire une telle séance (ressentie dure, exemple 4x1500 allure 10km). On peut dire qu'une fois dans la semaine il peut supporter de se concentrer sur une séance à intensité importante.
Là je pourrais être d'accord pour coller de la vma courte à 105%. Notez bien le "pourrais" car encore une fois cela dépend de l'athlète, certains ont besoin de chrono toute l'année, d'autres peuvent ressentir un raz le bol à aller tout le temps à l'entrainement avec une idée de "contrat" à remplir, donc tout est envisageable et modulable.
S'il est en période de préparation spécifique, prenons l'exemple de beaucoup de mes amis en ce moment qui préparent un marathon. Les séances importantes sont la spécifique marathon où on mémorise l'allure qu'on devra tenir le jour de la compétition et la sortie longue pour préparer le corps à endurer, à tenir à une intensité relativement haute pendant longtemps.
Dans ce cas, j'aime à dire et redire, les autres séances sont là, d'abord pour la récupération et ensuite pour maintenir les qualités de l'athlète; il faut donc voir les séances de vma courtes, moyennes ou longues comme du maintien de la vma et non pas du travail d'amélioration de celle-ci.
D'où ma position: "pourquoi dépenser trop d'énergie, de mental dans les séances de maintien ?".
La conclusion de cet article:
"marathoniens qui êtes en train de vous préparer pour Dunkerque ou La baule, ne cherchez pas à vomir vos tripes sur les séances de vma, assurez, recherchez le plaisir d'une séance relâchée, avec des beaux gestes, une belle posture, pensez positif faites vous plaisir à courir vite sans aller trop vite. Les chiffres, les calculs à 100% de vma sont indicatifs alors si vous allez plus vite et que vous êtes faciles en respirant bien, continuez mais si vous êtes trop vite parce que vous croyez qu'aller à fond et se faire mal ça sera toujours bénéfique, vous avez peut-être raison mais moi, j'en doute et je vois des très bons marathoniens qui ne s'arrachent pas sur la vma mais qui lors de la compétition s'arracheront et c'est aussi une des clés du succès: le bon dosage de l'intensité de l'effort au moment qu'il faut, à la fois sur les bonnes séances d'entrainement et sur les bons moments de la course.

nb: c'est incroyable de constater qu'après un superbe entrainement de judo où j'ai eu de belles sensations, j'ai la pêche et toujours la même envie de bien courir et de bien faire courir.

6 commentaires:

michel a dit…

je me sent visés sur ce sujet

charlie le hoangan a dit…

michel a dit...
je me sent visé sur ce sujet

alors Michel, c'est bien d'aller et revenir de l'entrainement en étant bien dans son corps et bien dans sa tête.
Même si tu es unique, d'autres marathoniens en préparation sont comme toi, un jour c'est l'euphorie car tout baigne, il fait beau, c'est la fin de l'automne et un autre jour, le moral est dans les chaussettes, pas la peine de s'étendre sur la météo ou sur le manque de pêche.
Toutes les fois où j'arrive à courir, c'est du bonheur.

Serge a dit…

Salut,
ok pour le commentaire,les seances de vma courte ou longue me fond de moins en moins peur en general les premieres fractions sont bien moins rapide que le coeur et la fin de la seance. Des jours ca passe bien d'autre il faut se contenter de moins bon chronos.
Quand je commence ma seance je pars toujours dans l'optique de finir le volume demandé,et de ne pas devoir ralentir sur les dernieres fractions.Depuis les seances passent beaucoup mieux.
Aves Charlie aux manettes j'en apprend toutes les semaines.
Bonne soirée a+.

JMD a dit…

Hello

Reçu le message, mais en fait si je vais un peu plus vite sans me mettre dans le rouge cela devrait le faire.

Merci pour ces messages

@+

Momo a dit…

Alors Mich, tu as fait du " A fond, à fond " ?
Moi j'ai fait un peu comme toi mercredi soir ; trop vite sur une séance de 200. Mais qu'est ce que j'étais bien !!! Du bonheur.

charlie le hoangan a dit…

On peut aller vite, si le geste est efficace, si le relachement permet d'être souple et plus performant. Ce qui, à mon sens n'est pas bon c'est d'être au dessus de sa valeur en croyant que se faire mal ça fait progresser. Par contre sur la fin des séances, sur n'importe quel type de séance même en régé, on peut sur la fatigue avoir envie d'arrêter, là c'est autre chose. Continuer en ayant l'impression d'être vidé c'est de l'endurance.