vendredi 3 octobre 2008

Récupération après un marathon



Comme j'étais absent plusieurs jours, comme j'ai un peu couru dimanche, il me faut récupérer.

Récupérer les dizaines de courriels à lire, traiter.
Il y a ceux qui sont archi-prioritaires car il me faut gagner de quoi vivre, je n'ai pas vu le jour pendant 48h et je prends un mini-break pour poster ce petit article.

il y a des courriels qui sont moins prioritaires, ceux des coureurs ...

mais les athlètes qui sont en pleine préparation ne peuvent ou ne veulent pas continuer sans consignes d'entrainement. Il y a des gars qui voient leur forme changer en mieux ou en pire. Je les rassure, je minimise les petits bobos qui apparaissent. Et que les vétérans se le disent, plus on avance et plus on a d'endroits où on se rappelle ... son age. Arrive un moment où dès qu'il y a un peu d'humidité et on se demande où on n'a pas mal.

Souvent, comme on relâche, on se repose, on fait du jus, le corps secrète moins de défenses alors par exemple on chope un rhume, c'est très fréquent. En effet, quand on fait énormément de volume, on se fatigue mais le corps se renforce en même temps pour se protéger, puis quand on baisse l'intensité et le volume, il baisse aussi ses mécanismes de défense avec un léger retard, bon ce n'est que mon interprétation des nombreuses expériences de marathoniens et je n'ai pas encore travaillé la dessus pour étayer mes pensées sur le sujet (je soupçonne quand même un truc intéressant les endocrinologues. En tous cas, il y a bien, bon nombre de coureurs qui se sentent moins forts, par exemple la FC est supérieure à une même allure. Est-ce psycho-somatique, est-ce physiologique ? Même ceux qui vont exploser leur chrono ont des doutes voire la trouille.

Il me faut aussi récupérer de mon marathon, j'ai comme pas mal de gars de mon équipe fait un petit footing de 30' mardi, certains ont fait 40' dès lundi. Si on n'a pas le temps alors on se fait un peu de vélo, par exemple au lieu d'aller en bus au taf, allons y à bicyclette, comme karim !

Dans la tête il faut aussi bien récupérer car les longues semaines d'entrainement ont mobilisé beaucoup de concentration, on ne pense qu'à ça ...

Dimanche après le marathon nous nous sommes retrouvés pour faire un bilan de nos courses à Berlin, mon fils n'est pas coureur, je pensais qu'il s'ennuierait avec la bande, en fait sur la photo, vous voyez le père et le fils peut-être un peu admiratifs de tous ces marathoniens qui se sont quand même arrachés sur la distance mythique. chronos : 2h36, 2h37, 2h38, 3h24, 3h27, 3h34

Merci céline pour ces belles photos !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

le pére et le fils meme geste,meme regard .

sinon sur la photo du haut , chercher l'intrus
il faut regarder en bas

michel a dit…

il n'y en qu'un seul qui porte des chaussures de villes.