mercredi 31 décembre 2008

meilleurs voeux pour 2009

Le marathon de Cheverny fait partie de mes meilleurs souvenirs, au moment de faire le point sur cette année 2008, je viens de recevoir un message de Christian Hurson, il m'a accueilli en 2006, et en 2007. L'équipe du marathon de Cheverny a reçu mon ami emmanuel Cerisel en avril 2008, manu a fait le lièvre pour ceux qui voulaient faire moins de 3H00, c'est simple, son temps officiel est exactement 3h00'00. Sur le final, manu a demandé à tous ceux qui le pouvaient de passer devant et ils ont réalisé leur objectif et il a attendu ceux qui étaient dans le dur pour les aider à terminer.

























De mon côté il m'est impossible d'emmener un groupe de marathoniens sous cette barre chronométrique alors je me contente d'animer ce blog et je vais encore cette année essayer d'emmener un maximum de coureurs et d'entraineurs à toujours trouver du plaisir à obtenir le meilleur de son potentiel. Oui, les entraineurs aussi progressent, ceux avec qui je communique ont cette envie de s'améliorer pour apporter ce qu'il y a de mieux à leurs athlètes. La performance est personnelle et pourtant pour cotoyer des coureurs et coureuses de tous niveaux, je constate que le plaisir est là que ce soit dans la tête du peloton comme à sa queue.
Physiquement je ne pourrais être en même temps à Rotterdam, Paris, Casablanca, Strasbourg, Rennes, Nantes, Montauban, Cherbourg, ... Cheverny. De temps en temps nous aurons le plaisir de nous voir en vrai, dans la vraie vie et ce sera tout simplement grandiose.

Venez à Cheverny le 5 avril, il y aura mes amis coureurs, dont jeanLou, mes amis entraineurs Thierry et Bruno.

mercredi 24 décembre 2008

mardi 23 décembre 2008

exemples d'entrainement

Quelquefois la pédagogie demande de changer complètement de sujet pour faire comprendre des choses simples.
Illustration: entrainement de judo pour faire comprendre les principes de base des entrainements sportifs, que ce soit en course à pied ou bien dans d'autres disciplines.
anecdote de judo:

JUDO

Un entraineur est sur la chaise le dimanche, il voit les points forts et les points faibles d'un de ses compétiteurs.
Toute la semaine qui suit, ses cours seront axés autour des points faibles qu'il a remarqués.
En effet, c'est sur les erreurs qu'on travaille et c'est en gommant les erreurs qu'on se perfectionne.
Le lundi c'est le cours loisir, le mercredi c'est le cours compétition, le jeudi, le vendredi, le samedi c'est pour tous ceux qui veulent progresser,
la base c'est 2 cours pour soi, un cours pour la salle. Il faut noter qu'un compétiteur essaiera de venir à chaque fois que la salle est ouverte.
Le message sera le même mais le professeur tiendra compte du niveau technique et physique des judokas présents, ce n'est pas pareil le lundi et le mercredi.

Parallèle avec la course à pied, pour se maintenir c'est 3 fois par semaine, pour être un simple compétiteur c'est 4 fois et pour chercher à faire des chronos c'est 5 fois la semaine. Attention à la progression on ne passe pas de 2 à 5 en peu de temps, il faut ajouter une séance et rester patient avant d'en ajouter une autre, cela peut prendre des années ...

Les meilleurs régionaux s'octroient tout au plus un jour de repos par semaine.
L'intensité et le volume ne sont pas les mêmes en fonction des niveaux, débutant à haut niveau.

Autre principe de l'entrainement: quand on est loin d'un objectif majeur de compétition, on travaille les fondamentaux, c'est la préparation générale
plus on se rapproche de la compétition et plus on travaille le spécifique.

Au judo, quand on est loin des championnats on travaille, la condition physique (PPG) et on balaie tous les aspects techniques (PPS judo debout et judo au sol) .

En course à pied, on s'entraine en essayant de balayer toutes les allures, toutes les surfaces, tous les profils, on se renforce musculairement,
on fait des exercices de préparation physique générale, des exercices de préparation physique spécifique de la course à pied.

Revenons sur un entrainement de judo, le coach a constaté que le compétiteur a perdu un combat important parce qu'il a fait une projection,
l'adversaire a chûté mais cela n'a valu qu'un waza-ari et seul un ippon termine le combat avant la pendule.
L'adversaire s'est relevé et ensuite a marqué deux fois waza-ari ce qui aboutit à un ippon.
En fait sur la première projection, si le compétiteur avait suivi au sol et fait une immobilisation cela aurait conduit au ippon et à la victoire.

En conclusion, toute la semaine a été consacrée à l'enchainement projection et immobilisation au sol.

Voici le contenu d'un entrainement:
footing autour du tapis, cela ressemble à un bocal avec beaucoup de poissons rouges qui tournent.
exercices de préparation physique générale, un peu de tout, échauffement des articulations, divers mouvements de souplesse, pompes, abodminaux ...
exercices de préparation spécifique, à commencer par des chûtes arrières, latérales et avant
et par exemple des déplacements avec deux pas chassés en diagonale, changement de direction
exercices de retournements rapides dos-plat-ventre mouvement de dégagement "la crevette"
répétitions de mouvements de projection (uchi-komi)
le professeur va montrer des combinaisons de liaison debout-sol
les élèves vont répéter des dizaines de fois les mouvements pour que cela devienne des automatismes
ensuite rien ne vaut la mise en situation, il y aura par exemple 30' de randori c'est à dire des combats d'entrainement
suivra le retour au calme avec étirements et quelques minutes de concentration sur la respiration, la relaxation
ce sera le temps d'aller à la douche
ce qui suit est réservé aux experts qui papoteront autour d'un verre parce que le sport c'est ainsi,
on transpire ensemble et on commence la réhydration ensemble.

Tout ceci pour en venir à ce qui me semble être les fondamentaux de l'entrainement en course à pied.

COURSE A PIED

Une saison sportive est composée de temps forts et temps faibles, un athlète a ses forces et ses faiblesses.

Les pics de forme sont rares et précieux dans une saison, la planification est conçue pour faire coïncider les pics de forme avec les objectifs majeurs. Je connais des marathoniens qui ne font qu'un seul marathon dans l'année et ils le font bien, d'autres en font beaucoup, avec beaucoup de plaisir mais la composante performance est mise de côté.

En dehors des périodes d'entrainement spécifique, l'athlète doit entretenir ses qualités et travailler ses points faibles.
Dans le cas d'un coureur de fond, le travail spécifique consiste à travailler beaucoup l'allure spécifique de son objectif majeur.
Il n'y a pas de transfert entre les différentes allures.
Par exemple si un gars s'entraine beaucoup au dessus de sa Vitesse Maximale Aérobie, cela ne le rend pas plus fort sur les allures en dessous de sa VMA.
Si un gars ne fait que s'entrainer à son allure 10km, cela ne le rendra pas plus fort sur marathon.
Un gars qui fait moins de 30' au 10km ira toujours plus vite sur marathon qu'un gars en 40'.
Il est aussi constaté que si un gars ne fait que du footing, il aura de l'endurance mais il sera plafonné en vitesse et cela lui manquera sur marathon,
encore plus sur semi et énormément sur 10km.

L'idéal c'est de balayer tout le spectre des allures.

Cependant nous ne pouvons accorder qu'un temps limité à l'entrainement, un nombre de séances imposé par sa vie familiale et professionnelle.
A celà s'ajoute que pour toute séance de qualité, il faut une ou plusieurs séances de récupération, d'assimilation, de regénération.
Une mère de famille qui travaille aura une triple vie si elle désire courir en compétition: les enfants- le ménage, le travail et ensuite l'entrainement. Il faudra optimiser ... c'est plus dur.

Autant je suis exigeant, voire intransigeant avec des athlètes compétiteurs de bon niveau
autant je me dois de prendre en compte les contraintes pour une femme performante ou non.

Ceci nous donne déjà une règle simple: si je veux faire plusieurs séances de qualité et faire une sortie longue par semaine ...
cela m'amène au minimum au schéma :
lundi repos
mardi vma courte, moyenne ou côtes
mercredi régénération
jeudi allures variées avec du 85% de VMA
vendredi repos
samedi séance qualité par exemple spé cross, spé 10km, vma longue ou mixte vma/pps
dimanche sortie longue avec beaucoup d'endurance

Parce que nous manquons de temps, à chaque séance de qualité il faut mettre un petit peu d'éducatifs c'est à dire une préparation à l'effort qui va suivre.

pour maintenant faire le paralèlle JUDO et COURSE A PIED

au niveau d'une année, il faut savoir faire la différence entre
la période de travail spécifique
qui ne sera réellement efficace que si l'on passe assez de temps
à travailler sur sa cible et

la période de préparation générale
où l'on maintiendra ses qualités et on se concentrera sur ses points faibles.

Toute l'année on fait ses gammes, c'est à dire la PPS, les éducatifs, on fait des milliers de fois des gestes qui doivent devenir automatiques.
Le corps est ainsi fait que certains mouvements ne sont pas commandés par les système nerveux central et ce sont les milliers de répétitions qui créent les automatismes.

Pendant la compétition ce n'est pas la peine de croire que la pensée va diriger le corps.
Par exemple sur marathon, il arrive vite le moment où la tête est plus fatiguée que le corps et ce dernier se met en pilotage automatique.
C'est à ce moment là que les nombreuses heures passées dans l'allure marathon deviennent payantes car sans elles, le corps ... s'arrête.

Ce sont de petits détails qui font gagner des secondes,
comme par exemple le renforcement musculaire qui permet de rester grand et d'avoir toujours la même longueur de foulée.
Au contraire si l'athlète a négligé cela pendant l'hiver, au printemps sur les derniers kilomètres,
le corps s'affaisse et ce sont des centimètres perdus pour chaque foulée,
Cela se transforme en dizaines de secondes par kilomètres.
les kilomètres semblent inter "minables".

En conclusion, si vous avez la chance d'avoir un entraineur sur le terrain, profitez en,
abusez,
demandez lui ce qui ne va pas dans votre posture, votre pose de pied, votre alimentation, vos enchainements.
Demandez lui, de critiquer vos exercices de musculation, il devra vous dire quels éducatifs faire, quels mouvements de renforcement.
Un entraineur doit faire le bilan de vos compétitions, il doit trouver les points faibles et préparer des séances dans le même esprit qu'une séance de judo.
un échauffement avec du footing lent
des éducatifs de préparation du corps
des exercices en rapport avec les points faibles travaillés ensuite
le coeur de séance avec les intervalles, les côtes, les parcours cross
le footing de récupération
les étirements, le retour au calme

Ne cherchons pas midi à quatorze heures, mes gars qui ne savent pas quoi faire et qui sont en pleine possession de leurs moyens n'ont pas à réfléchir beaucoup:
un cross tous les quinze jours et cela leur donne la meilleure séance spécifique qui soit
la semaine où il n'y a pas de compétition il se refont une spé cross sous la forme 4 à 5 fois un circuit de 3'30 à 4'
dans la semaine il font du footing
dans le milieu de semaine une séance soit de vma courte pour une durée de 10' environ de course avec 10' de récupération exemple 20x30"-30"
soit une séance de côtes courtes avec environ la même chose en course 10' par contre la récupération se faisant pour aller retrouver le bas de la pente, il faut plus de temps 45" à 1'

Si avec ça vous n'avez pas de quoi vous amuser ... inventez, innovez, faites bouillir votre cerveau ou
allez voir à côté de chez vous il doit bien y avoir un entraineur.

Dimanche je suis allé voir quelques uns de mes athlètes et j'étais juste heureux de les voir courir sans se prendre la tête.
Dans peu de temps ils seront sur les cross, ils se feront une santé physique et morale.
A la sortie des cross, nous ferons le point, je verrai les points faibles, nous les travaillerons et les marathons de printemps devraient être ...



lundi 22 décembre 2008

le simple plaisir de courir aux foulées du père noël

Quand cela fait des semaines et des semaines que l'on s'interroge sur sa capacité à courir, quand on doit se faire une raison parce qu'on n'a pas la possibilité de faire une performance comme il y a quelques mois, on doit se dire que c'est déjà çà de pouvoir participer avec des copains à une course sans enjeu sans argent sans espoir de coupe ou médaille. Bruno, je te renouvelle mon soutien amical et dis autour de toi que ce n'est que de la course, du loisir, nous avons en commun la chance d'avoir d'abord comme priorité notre famille, nos proches, le reste vient après, la course même si c'est notre passion est un loisir. Ce dimanche, moi-même je n'ai pas couru mais j'ai eu le plaisir de croiser et photographier des coureurs "du dimanche" même le père noël était là et surtout j'ai vu quelques uns de mes copains et amis.
les autres photos là et les photos de la course avec le père noël, le vainqueur vincent Faucheux, le deuxième johnny Delépine, le premier vétéran Laurent Deshayes

Posted by Picasa

lundi 15 décembre 2008

cross de pacé

noël en décembre, des potes aux cross de décembre à mars,
à commencer par mes amis du club,
béatrice qui a fait le trail,
dédé, bruno, qu'on voit pas mal et le nouveau zatara qui découvrait le cross breton,
jean-paul entraineur et spectateur comme moi
Jilali m'avait téléphoné pour me dire que Salah et Samir buvaient un coup chez lui.
Donc je suis passé à Pacé pour serrer la main du champion de France de marathon à Sénart.
Ce n'est pas tous les jours qu'un alsacien vient courir dans la boue chez nous.
le diaporama qui est en lien montre quelques juniors, quelques feminines et j'ai quand même beaucoup pris de photos de la course des As.
les résultats sont sur le site courir en Bretagne

http://picasaweb.google.fr/charlie.lehoangan/2008_12_14CrossPac#slideshow

mercredi 10 décembre 2008

De la différence entre échanger et "co-piller"

La course à pied compte beaucoup de pratiquants individualistes, certains pendant quelques temps, quelques mois se font leur footing pour s'aérer, arrêter de fumer, perdre du poids, puis se piquent au jeu, augmentent le nombre de sorties par semaine ... au bout du compte se donnent comme objectif, un marathon.
Internet est un superbe outil qui offre l'avantage pour beaucoup d'être "gratuit", il s'y échange tellement d'information que n'importe quel passionné de CAP ou "addict" de jogging ou running finit par trouver des plans d'entrainement. Et ... ça marche !
Pas plus tard qu'hier, un gars m'a contacté, il a couru son premier marathon en copiant un plan d'un autre et il a réalisé 2h46. D'autres à qui j'avais proposé par amitié de les aider à passer leur fameuse barre de 4h ont décliné mon offre, ils ont aussi bricolé des plans et ont fini en quelques tentatives par réaliser 3h45, bravo pour eux. Cela les a conforté dans leur approche de la course à pied.
En fait, nul besoin d'entraineur pour progresser un peu, même beaucoup pour certains et personne n'est capable de dire si un gars seul en "co-pillant" et "bricolant" des plans peut devenir un champion du village, de la région ou du monde. Un entraineur avec un égo surdimensionné peut entrer dans une discussion et vouloir prouver qu'il a eu des supers résultats avec tel ou tel athlète. Moi-même pas plus tard que ce mardi à ma séance d'entrainement j'ai parlé des performances et des progrès de mes athlètes. Je l'avoue c'est aussi pour prouver que j'existe un peu dans le monde de la course à pied alors qu'en tant que coureur, je ne suis plus que l'ombre d'un ex-compétiteur.
En tout cas, ce que je tenais à partager dans cet article, c'est qu'en très peu de temps j'ai eu le plaisir de communiquer, d'échanger par courriel, par téléphone et par clavardage ("chat" in english). Par exemple, j'ai eu des nouvelles par courriel puis par téléphone de Karim que j'entraine depuis plusieurs années maintenant et je commence à bien connaître sa façon de pratiquer, sa façon d'aborder une compétition, son sérieux dans l'entrainement, sa "force mentale", il a quand même couru plusieurs marathons et à chaque fois il a claqué une PB Personal Best, meilleure performance individuelle. De même, j'ai eu les commentaires d'un ami assez éloigné sur le magnifique trail de Moncontour (photos là) . Pour être précis, il s'agit d'Eric Moricet qui est un breton qui s'est installé dans la belle province du Québec. Il est quelque part entre Montréal et Québec. Actuellement il fait environ -15°C et les conditions pour courir sont rudes, là je comprend ceux qui font du vélo elliptique bien au chaud mais Eric avait l'habitude de courir sur le canal à Rennes et il continue à courir en nature; entre mes photos et les siennes, je suis sûr que pour certains lecteurs le coeur balancera.
Je ne peux pas entrainer Eric car je ne sais pas faire avec ses conditions mais j'ai du plaisir à discuter avec lui. C'est amusant, quand il est 5 h du matin à Rennes, chez Eric il est 23h et il a encore du temps avant d'aller se coucher, alors que moi je "stresse" déjà en regardant le planning de ma journée.




















Le message que je tenais à faire passer c'est que ceux qui me contactent pour avoir un plan pour courir plus vite leur marathon peuvent toujours gratuitement consulter d'autres entraineurs des sites Internet de jogging ou running. Pas plus tard que dimanche, il y avait un colloque à Pacé non loin de Rennes, il y avait les marathoniens de l'équipe de France. J'ai lu sur le forum de courir en bretagne que certains auditeurs étaient surpris du bricolage de certains athlètes de haut niveau et pourtant ils vont vite. Pour ma part, j'ai un défaut ou une qualité, c'est la relation humaine qui m'a toujours fait avancer, c'est partager avec un athlète ses doutes, ses espoirs, sa "souffrance" et bien sûr son plaisir de performer qui m'intéressent sans parler de la satisfaction du travail bien fait. Si on croit que je suis un producteur de super-plans d'entrainement pour 4h, 3h45,3h30,3h15,3h,2h45,2h30 ... 2h27, 2h26,2h25 ... on se trompe. Les gars qui sont venus me voir seulement pour essayer de claquer un chrono sont repartis, soit parce que je ne les ai pas retenus soit parce que au bout de quelques mois, j'ai même un peu poussé pour qu'ils aillent voir ailleurs. Si vous cherchez un entraineur, je vous recommande surtout de "tester" son écoute, sa capacité d'adaptation. A quoi ça sert de dire qu'on a un expert si on ne lui demande pas de conseil pour affiner ou modifier des enchainements de séances voire le contenu d'une séance si les conditions d'entrainement changent. Pour revenir à Eric qui est en photo dans un paysage sous la neige, est-ce que si je l'avais dans mon équipe, je lui donnerais 13x400 en 1'35 r55' ? bien sûr que non car il m'aurait dit préférer faire du patinage artistique. Pareil si vous arrivez sur le stade et que le tartant est devenu une patinoire, allez faire votre séance ailleurs et si besoin transformez la séance en footing, ensuite passez coup de fil au coach et modifiez ensemble la suite si nécessaire.
Ma qualité est de tenir compte de chacun de mes athlètes, je leur demande de me donner des nouvelles et je leur demande de changer telle ou telle chose, cela peut être au niveau de la diététique (nom de D..., sadok va encore la ramener sur les régimes et moi je suis contre et je n'ai pas eu le temps de parler de diététtique pendant la course) comme au niveau des exercices de PPS ou PPG (par exemple s'il y a du boulot question gainage). Mon défaut est que je donne envie à d'autres athlètes de venir dans mon équipe (même si je ne laisse pas mon adresse de courriel, les pugnaces arrivent à me contacter par la bande) et je ne peux pas élargir mon équipe. Mais il y a maintenant une ouverture car plusieurs fois par semaine quand je suis sur mes bases rennaises je constate à l'entrainement de groupe, que ceux qui étaient adjoints-entraineurs (ex niveau 1 FFA hors stade) sont devenus de bons entraineurs, pour l'anecdote, bientôt thierry et bruno passeront le 1er dégré hors stade FFA (ex niveau 2). Ce n'est pas au niveau technique que je les juge car ils progressent sans cesse, c'est dans le fait que je les vois très attentifs à corriger la gestuelle lors des éducatifs et aussi parce que nous communiquons beaucoup par courriel, téléphone, clavardage et en vrai lors des entrainements et des repas entre amis (petit clin d'oeil à momo qui fait partie de la bande et qui n'hésite pas à faire 100 bornes pour venir papoter). Nous discutons de ceux que nous entrainons et nous partageons cette même fibre, celle qui est la marque de notre club; c'est un club de marathoniens et ultra-coureurs et formateur d'entraineurs avec quelques sensibilités différentes et cela fait notre richesse. Merci Christian Delerue de nous avoir accueillis et formés à la JA MELESSE. La saison des marathons est terminée, la saison sportive commence, les compétiteurs ont une licence qui court de septembre 2008 à aout 2009. La plupart des "jeunes" vont s'aligner sur les cross, mardi midi, thierry s'est tapé une spé cross, j'ai encadré la séance avec PPS et côtes. Cette année il n'y aura pas de championnat de France de marathon sénior, je viens d'apprendre qu'il se tiendrait un championnat de France Vétéran, les gars du club iront défendre leur titre gagné à Sénart, nous serons donc présents à Reims, me voilà donc remonté comme une pendule pour "affûter"les "vieux". Ces vétérans comptent parmi eux des gars qui se débrouillent tout seul pour s'entrainer (exemples dédé ou patrick), des gars qui sont à l'écoute des coaches et qui s'entrainent à la FC, car c'est comme ça chez nous et on arrive quand même à avoir de bons chronos à conditions d'être sans cesse à ajuster les séances à la forme du moment, donc il y a sans cesse échange entre le marathonien et l'entraineur, cela ne laisse pas de place au "co-pillage".

lundi 8 décembre 2008

courbe du polar de Moncontour


il y avait quand même des montées et des descentes ... beaucoup, beaucoup

la FC en bleu a fait aussi des montées et des descentes

la moyenne a été de 140 pulses, avec le départ dans le noir, je suis monté trop haut à FC 164, la prochaine fois je ferais attention à faire ma course et ne pas suivre le peloton qui va trop vite pour moi.

dimanche 7 décembre 2008

nouvelle expérience

ce WE, j'ai embarqué mes amis sur une expérience inédite. D'abord nous avons pris des relais à des heures pas possible en pleine nuit dans le cadre du téléthon de vendredi à samedi. JeanLou a couru par exemple de 3h à 5h et moi-même à 21h, 2h et 6h. Nous avons donc fait 3 heures de footing et ensuite, ce dimanche nous avons couru le trail hivernal et accessoirement boueux à Moncontour. C'était 46km et 1457 m de dénivelée positive de bonheur, JeanLou et patrice n'avaient pas encore connu cette distance en trail. Il y avait un soleil radieux, j'aurais dû prendre les lunettes appropriées et des alternances de passages dans la boue puis dans des ruisseaux pour nettoyer le chaussures. Pour ma part j'en ai profité un max, alors que patrice mettait en gros 6h, JeanLou 6h30, moi je suis resté sur les chemins 7h30 et termine avant dernier.
Même pas mal, Que du bonheur, on en redemande !
il y a deux séries de photos dans mon album public

mercredi 3 décembre 2008

dunes d'espoir

parce que j'ai envie de courir pour offrir et partager du bonheur voici ce qui m'est arrivé de mieux en terme de rencontre récemment, cliquer sur le lien

mardi 2 décembre 2008

C'est l'hiver qui frappe à notre porte

Les jours sont courts, trop courts pour aller courir après le boulot. Le mieux c'est quand on peut "voler" une heure le midi pour quand même se recharger avec un peu de lumière.
Quand nos corps sont fatigués parce que c'est la vie qui impose des rythmes, des contraintes, je ne veux pas forcer les choses et ce qui compte c'est aller faire des footings pour se refaire le moral.
Plusieurs de mes athlètes ont couru ce dimanche 30 novembre.
Certains étaient sur un 10km sur route à Chantepie, mais comme il y avait de la pluie et de la neige fondue, par endroit c'était glissant et les appuis étaient loin d'être efficaces. Il y a eu des cas de grande satisfaction car malgré un parcours devenu non performant (mi-route-mi chemin), Patrick Bauchat a quasiment égalé son meilleur chrono ce qui augure d'un futur 10km performant, là il va se concentrer sur les cross, thierry Collen a frappé un grand coup et a réalisé un record perso en 36'34, karine Pradier est loin de son meilleur chrono mais tout en démarrant calmement, elle a gagné chez les filles.
D'autres avec des fortunes diverses ont couru au marathon de la Rochelle. Johnny Delépine qui était très bien préparé et qui semblait être en super forme a été contraint d'abandonner car le froid l'a complétement anéanti, avec des symptômes que je tairais car certains lecteurs sont peut-être en train de déjeûner, il rebondira au printemps. Anthony Davourie a battu son record personnel, il est passé de 2h49'53 à 2'46'13 soit plus de 3 minutes gagnées. A ce niveau, ce n'est pas facile. Le marathon n'est jamais facile et il faut se faire mal souvent à partir du 30-35ème. Quand j'ai regardé ses temps de passage, je me dis qu'il y a encore du boulot et comme il est encore jeune, il y aura encore des minutes à gagner ... surtout sur le final.
Pour cela il faudra, chercher les améliorations, sur le gainage, sur la diététique, sur la gestion de course ( ne pas s'enflammer et ne pas passer au semi trop vite).
En attendant, récupération ... récupération. (rien, vélo, piscine ou léger footing pendant 7 à 10 jours)
D'un autre côté, il peut toujours y avoir participation à des courses sans enjeu.
D'ailleurs ce WE, c'est le Téléthon, si vous êtes dans le coin du nord de Rennes, passez à Saint Grégoire, avec des copains nous faisons un relais sur 24 heures, vous pouvez très bien nous accompagner un peu, 1 heure, beaucoup 3 heures (en une ou plusieurs fois) mais toujours passionnément.
Ensuite l'hiver sera bien installé, ce sera de plus en plus dur d'aller chercher du soleil en courant.
En semaine on maintiendra les entrainements de groupe les mardi et jeudi midi et le samedi matin je ferai ce que j'aime énormément, des entrainements spécifiques cross avec une bonne partie de travail d'appuis qui servent aussi sur les trails. Le dimanche on continuera à se faire plaisir longtemps sur des sorties en nature. Les crossmen seront de toutes façons dans la gadoue et les traileurs pourront se taper des sentiers côtiers ou des chemins en sous-bois. Armor-Argoat, il y a pire comme alternative.